Indicateurs économiques mondiaux

bourse.png

 

LES PRINCIPAUX PAYS PRODUCTEURS DE PÉTROLE EN 2004 :

Production pétrole

Jusqu’à aujourd’hui, l’augmentation de la consommation de pétrole a pu être compensée par une augmentation équivalente de la production. Même si des tensions commencent à apparaître, comme l’a montré la hausse du prix du brut en 2004/2005.

Les pays qui ont fourni le plus gros effort depuis 10 ans ne sont pas ceux de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole : Venezuela, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Iran, Irak, Koweit, Qatar, Nigéria, Lybie, Algérie, Indonésie), qui, avec 80% des réserves mondiales, ne produisent en 2003 que 37% du pétrole extrait dans le monde. Globalement, la production OPEP a même légèrement diminué. Il y a deux raisons principales à cela :

- En 1982, à la suite d’un contre-choc pétrolier très violent, les prix du pétrole ont fortement baissé. L’OPEP a décidé cette année-là de mettre en place sa politique de quotas, c’est-à-dire d’attribuer à chacun de ses membres un volume de production de brut à ne pas dépasser. Cela dans le but de contrôler la production et donc les prix et de préserver ses réserves pour les générations futures. Cette politique a été dans l’ensemble efficace. Elle a permis à l’OPEP de moins puiser dans ses réserves que les pays non-OPEP, tout en maintenant une relative stabilité des prix.

- Certains pays de l’OPEP, notamment ceux de la péninsule arabique et l’Iraq, possèdent des réserves très importantes. Mais leurs capacités de production ont peu évolué depuis au moins 20 ans. Pour les augmenter, il faudrait des investissements très lourds qui, pour l’instant, n’ont pas été engagés. Cela se traduit par le fait que pour beaucoup d’entre eux, leur année de production maximale se situe à la fin des années 90.
A l’inverse, l’exploration et le développement de nouveaux gisements ont fortement progressé dans plusieurs zones non-OPEP (autour de la mer Caspienne, dans les grands fonds atlantiques au Brésil et en Angola, …).

D’autres pays, membres de l’OPEP (Indonésie) ou pas (Etats-Unis, Norvège, Royaume-Uni, Egypte) ont vu leur production baisser sur les dix dernières années ou vers la fin des années 1990. Pour eux, on a affaire à un problème de déclin des réserves : ces pays ont probablement atteint un pic de production (1970 aux Etats-Unis, 1996 en Indonésie et en Egypte, 1999 au Royaume-Uni et 2000 en Norvège) qu’ils ne pourront plus jamais dépasser. Leur production va peu à peu décroître dans les années à venir. Ces pays ont sans doute atteint leur pic de Hubbert local.

 

LES PRINCIPAUX PAYS CONSOMMATEUR DE PÉTROLE EN 2004 :

conso pétrole

barril par an

Les principaux pays consommateurs sont, sans surprise, les pays développés d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie. Champions de la consommation de pétrole : les Etats-Unis. Avec un peu moins de 5 % de la population mondiale, ils consomment le quart du pétrole produit chaque année. Et leur consommation ne ralentit pas : + 16 % en 10 ans entre 1993 et 2003, à peu près la moyenne mondiale.

Parmi les pays développés, on distingue des gros consommateurs par habitant (Etats-Unis, Canada, Pays-Bas et Belgique) et des consommateurs plus raisonnables, comme les grands pays européens, dont chaque habitant consomme en moyenne 2 fois moins de pétrole que les plus demandeurs.

En Asie, c’est l’explosion de la consommation. La Chine a presque doublé la sienne en 10 ans et est devenue le deuxième consommateur mondial, et elle ne s’arrêtera pas là ; avec seulement 1,8 barril par an par habitant elle peut-encore largement augmenter sa consommation moyenne avant de commencer à approcher celles des grands pays développés qui sont au dessus de 10 barrils par an et par habitant. Par exemple si la consommation chinoise était doublée à 3,6 barrils par an (largement en dessous de la moyenne des pays développés) par habitant, avec une consommation de 12.800.000 barrils par jour, une part mondiale de 15% de la consommation de pétrole, alors il faudrait qu’un pays comme l’Irak quadruple sa production de pétrole. L’Inde consomme encore moins de pétrole par habitant que la Chine avec seulement 0,8 barril, elle a aussi presque doublé sa consommation de pétrole ces 10 dernières années devenant le 6è consommateur mondial et on voit qu’elle pourrait aussi augmenter grandement sa consommation afin d’assûrer son développement. Durant cette période, la consommation de l’ensemble de la zone Asie-Pacifique a dépassé celle de la zone Amérique du Nord. Avec + 39 % d’augmentation en moyenne en 10 ans, l’Asie fait figure de nouvel ogre pétrolier. Mais qui pourrait blâmer ces pays en développement de vouloir offrir à leurs populations le même confort que dans les pays riches ? D’autant qu’en moyenne, un chinois consomme 15 fois moins de pétrole qu’un américain et un indien 30 fois moins.

En 1980, année du deuxième choc pétrolier après la chute du Shah en Iran, la consommation mondiale de pétrole est d’environ 63.000.000 de barrils par jour. En 2004 elle est d’environ 82.500.000 barrils par jour. La consommation de pétrole dans le monde entre 1980 et 2004 a donc augmenté de 30% environ.

Des inégalités flagrantes:

La consommation moyenne mondiale de barrils de pétrole par an et par habitant est de 5 environ. Environ 20% de la population mondiale sont largement au dessus de cette moyenne, ils représentent environ les 2/3 de la consommation mondiale de pétrole et la consommation moyenne de ce groupe de privilégié est environ 3 fois la moyenne mondiale (15 barrils par an par habitant). Corrélativement environ 80% de la population se trouve en dessous de cette moyenne mondiale de 5 barrils par an et par habitant, ils se contentent d’environ 1/3 de la consommation mondiale de pétrole et la consommation moyenne de ce groupe est en dessous de la moitié de la moyenne mondiale (1,8 barrils par an par habitant). En gardant à l’esprit que ce ne sont que des moyennes donc qu’elles cachent des écarts importants, on imagine le décalage entre les pays les mieux placés et ceux le moins bien placés par rapport à la consommation annuelle de barril par habitant.

 

LE P.I.B. DES PRINCIPAUX PAYS :

PIB

Il n’y a pas de grande surprise, dans ce tableau on retrouve la quasi totalité des pays les plus grands consommateurs de pétrole, et évidemment aux premières places. Ce qui parait tout à fait logique vu la place centrale qu’occupe le pétrole dans des secteurs clé comme le transport.

Les pays les plus riches produisent environ 80% du PIB mondial pour 20% de la population mondiale environ. Inversement pour les pays les plus pauvres, 80% de la population mondiale se partage les 20% de PIB mondial restant environ.

 

LA POPULATION DES PAYS LES PLUS PEUPLÉS :

populations.png

 


3 commentaires

  1. lovelylavie dit :

    Ces graphiques sont très parlants, très beaux aussi.

    Dernière publication sur Love la Vie... Croque la Vie... : Marley, Chaton Ragdoll, photo 18/07/2016

  2. Emilie dit :

    pouvez vous m’envoyer sur mon e-mail d’autre information concernant les pays les plus consommateur

  3. Hocine dit :

    Bsr, je souhaiterais connaitre les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et
    l’Iran. Les importations et les exportations de l’un et de l’autre. Merci pour
    toutes les aides.

Répondre

Sagvar, le Roman Noir de la... |
Sarkophage |
UES - Claude WEBER |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mobilisation DEASS 2007
| blogdanton
| Kabylie News