Le travail dans les prisons des États-Unis : un grand négoce ou une nouvelle forme d’esclavage ?

usa.png

 

Le travail dans les prisons des États-Unis :
un grand négoce ou une nouvelle forme d’esclavage ?

 

Revue Koeyu

 

Les organismes de défense des droits de l’homme, politiques et sociaux, dénoncent ce qu’ils appellent une nouvelle forme d’exploitation inhumaine aux États-Unis, où, assurent-ils, la population carcérale atteint les deux millions d’internés, dont la grande majorité, des Noirs et des Hispaniques, travaillent pour les industries, pour quelques centimes.

Pour les magnats qui ont investi dans les industries des prisons, il s’agit d’une poule aux œufs d’or. Là-bas, il n’y a pas de grèves, ils n’ont à payer aucune assurance chômage, pas de congés et aucun travail compensatoire. Les prisonniers sont « full time », ils ne risquent pas d’arriver en retard ou de s’absenter pour raisons familiales ; en outre, si la paie de 25 centimes par heure ne leur convient pas et s’ils refusent de travailler, ils sont enfermés dans des cellules d’isolement. Au total, le pays compte environ deux millions d’inculpés dans les prisons des États, fédérales et privées. Selon le California Prison Focus, « aucune autre société dans l’histoire humaine n’a jamais emprisonné autant de ses propres citoyens ». Les chiffres indiquent que les États-Unis ont emprisonné plus de personnes que n’importe quel autre pays : un demi-million de plus que la Chine, dont la population est cependant cinq fois plus élevée que celle des États-Unis. Les statistiques montrent que 25 % du total des prisonniers dans le monde sont internés aux États-Unis, alors que ceux-ci ne représentent que 5 % de la population mondiale. De moins de 300 000 prisonniers en 1972, la population carcérale est passée à 2 millions en 2000. En 1990, elle était d’un million. Il y a dix ans, il n’y avait que cinq prisons privées dans le pays, avec une population pénitentiaire de 2000 prisonniers ; actuellement, elles sont au nombre de 100, avec 62 000 lits occupés par des prisonniers. On s’attend que pour la prochaine décennie, ce nombre atteigne 360 000 lits, selon les rapports.

Que s’est-il passé ces dix dernières années ? Pourquoi y a-t-il tant de prisonniers ?
« Le recrutement privé de prisonniers pour travailler incite à emprisonner les gens. Les prisons dépendent des revenus ainsi engendrés. Les actionnaires des sociétés qui s’enrichissent grâce au travail des prisonniers intriguent pour la prolongation des peines, qui leur permettent de développer leur main d’oeuvre. Le système se nourrit lui-même », lit-on dans une étude du Parti ouvrier progressiste, qui accuse l’Industrie des prisons d’être « une copie de l’Allemagne nazie par rapport au travail obligatoire et aux camps de concentration ».

Le Complexe de l’Industrie des prisons est une des industries dont la croissance est la plus élevée aux États-Unis d’Amérique du Nord, et ses investissements sont cotés à Wall Street. « Cette industrie multimillionnaire a ses propres expositions commerciales, ses conventions, ses sites web, ses catalogues pour commandes par correspondance et par Internet. Il y a également des campagnes directes d’annonces, des sociétés d’architecture, des entreprises de construction, de cabinets d’investisseurs de Wall Street, des sociétés d’approvisionnement en plomberie, des sociétés qui fournissent des repas, du matériel de sécurité à l’épreuve des balles, des cellules capitonnées d’une grande variété de couleurs ».

D’après le Left Business Observer, l’Industrie fédérale des prisons produit 100 % de l’ensemble des casques militaires, porte-munitions, gilets pare-balles, cartes d’identité, chemises et pantalons, tentes et gourdes. Outre le matériel de guerre, les travailleurs des prisons produisent 98 % du marché entier des services d’assemblage d’équipements, 93 % des peintures et pinceaux des peintres, 92 % de l’ensemble des services d’aménagement de cuisines, 46 % de tous les équipements personnels, 36 % des ustensiles ménagers, 30 % des aides auditives, micros et haut-parleurs, 21 % de l’ensemble des meubles de bureau. Des pièces d’avions, du matériel médical et bien d’autres choses encore : cela va même jusqu’à l’élevage de chiens pour guider les aveugles.

Sous le crime croît la population carcérale
Selon les organismes de défense des droits de l’homme, les facteurs qui augmentent le potentiel de bénéfices pour ceux qui investissent dans le Complexe industriel des prisons sont les suivants :

- L’emprisonnement de délinquants pour des crimes non violents et l’imposition de longues peines de prison pour la possession de quantités microscopiques de drogues illégales. La loi fédérale exige cinq ans de prison, sans droit à la libération sur parole, pour la possession de 5 grammes de crack ou de 3 onces et demie d’héroïne et 10 ans pour la possession de moins de deux onces de cocaïne cristallisée ou crack. Une peine de 5 ans est imposée pour la possession de 500 grammes de cocaïne en poudre, soit 100 fois plus que la quantité de cocaïne cristallisée pour la même peine. La grande majorité de ceux qui utilisent de la cocaïne est blanche, de classe moyenne ou supérieure. Ceux qui utilisent plus le crack sont les Noirs et les Latinos. Au Texas, on peut être condamné à jusqu’à deux ans de prison pour la possession de quatre onces de marijuana. Ici à New York, la loi antidrogue promulguée en 1973 par Nelson Rockefeller impose une peine obligatoire qui va de 15 ans à la perpétuité pour la possession de 4 onces de toute drogue illicite.

- La promulgation, dans treize États, de la « trois chefs d’accusation » {prison à perpétuité pour toute personne convaincue de trois félonies}, a nécessité la construction de 20 nouvelles prisons. Un des cas les plus remarquables relatifs à cette mesure est celui d’un prisonnier qui, pour avoir volé une voiture et deux bicyclettes, a reçu trois peines de 25 ans.

- L’allongement des peines

- La promulgation de lois qui exigent des peines minimales, quelles que soient les circonstances

- La grande expansion du travail des prisonniers, qui procure des bénéfices incitant à emprisonner davantage de gens, pour des périodes plus longues

- L’augmentation des sanctions contre ceux qui sont déjà prisonniers pour prolonger leurs peines au-delà de la peine initiale.

 

Histoire du travail dans les prisons des États-Unis



Répondre

Sagvar, le Roman Noir de la... |
Sarkophage |
UES - Claude WEBER |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mobilisation DEASS 2007
| blogdanton
| Kabylie News